Rose-Clairet-du-chateau-belvue.jpg

 

Cépages

cabernet-sauvignon, merlots, cabernet-francs, et malbec (cépage peu courant aujourd’hui à Bordeaux qui donne à nos vins leur coté épicé et leur originalité).

Vinification

cuves-inox-chateau-bellevue.jpg

Les Rosés et Clairet sont obtenus par « saignée » sur des cuves de vin rouge. Si le jus est dans la pulpe du raisin, la couleur (anthocyanes) et les tanins (polyphénoles) sont dans sa peau. Pour obtenir le vin rouge coloré, le maître de chai laisse macérer les peaux dans le jus une dizaine de jours.
Pour obtenir du Rosé, il suffit de retirer le jus de la cuve avant qu’il ne soit coloré, soit entre 12 heures et 24 heures après le foulage du raisin.
Pour obtenir le clairet, on attendra 24 à 48 heures.

C’est pour cette raison que le Clairet est plus coloré et plus tannique que le rosé. Après soutirage, les Rosé et le Clairets sont élevés comme des vins blancs.

 

 

 

 

 

 

Associations mets & vin

Rose-Clairet-sur-table.jpg

Les Clairets et les Rosés sont des vins de fête, de garden-party, d’après midi au bord de la piscine, de pic-nic sur la plage ou en montagne, ils accompagnent avec talent tout à la fois les coquillages, les poissons, la charcuterie, … les apéritifs, les pizzas, … et tout ce qui est restauration rapide.

Température idéale de service

« frappé », dans un seau à glace dès la sortie du réfrigérateur, ou quelques minutes dans le congélateur !

 

 

 

 

 

 

Le clairet

Le-General-De-Gaulle-degustant-du-clairet-en-1961.jpg
Le Général De Gaulle,
dégustant du clairet en 1961.
Un moment immortalisé
par de nombreux journalistes…

Le Bordeaux Clairet est une production traditionnelle du Bordelais qui passe aujourd’hui, auprès de certains consommateurs, pour un produit nouveau…
Pourtant il est la déclinaison d’un vin qui fut longtemps le vin préféré de la cour d’Angleterre : the Claret.

Plus récemment, Jacques Chaban-Delmas en fut l’ardent défenseur en imposant ce vin à de nombreux cocktails. C’est le vin qui fut servi à l’inauguration du pont François Mitterand à Bordeaux.
En 1961, lors de son passage à Quinsac, le Général De Gaulle, sous un chaud soleil, avait pu apprécier ce vin.